Report ENGEL + PAIN au Divan du Monde (25/10/11)

octobre 27, 2011 0 Par admin

Cher ami lecteur, aujourd’hui je vais te raconter ma palpitante vie.

Je suis une passionnée. Aussi quand je lis, j’ai un mal fou à m’arrêter.La nuit fut courte et la sonnerie du réveil eût un goût de requiem. La matinée partait donc mal. Le café n’étant pas assez serré, l’après-midi ne fut guère plus glorieux et agrémenté de parasites en tous genres. C’est la perspective du concert qui a maintenu un semblant de gniak.

19h. Après avoir eu la gerbe à cause du parfum entêtant du taxi, nous arrivons au Divan du monde. Mon amie et moi montons en mezzanine nous prendre un petit remontant avant le début des hostilités. La vodka-orange manque cruellement de vodka… Embêtant.

Je crains alors ce soit la journée  Loi de Murphy jusqu’à l’arrivée d’Engel. Les loulous, qui viennent de Göteborg (voyez-vous ça…) nous servent un apéro mixant la rage d’In Flames, les mélodies vocales d’un Scar Symmetry, le tout saupoudré de sonorités Disturbed. Inconnus au bataillon, j’ai beaucoup aimé et vais suivre de près cette formation qui possède tous les ingrédients pour s’assurer une jolie carrière (à moins que ce ne soit le sublime guitariste que je piste…)

 

J’essaie de me placer correctement pour l’entrée en scène de Pain mais toi, oui toi gras-du-cul et ton acolyte rugbyman, vous êtes tanqués près des barrières et empêchez deux nénettes d’à peine 1,70m de voir le combo débarquer. Sans déconner les mecs, faites un effort pour tortiller un peu vos fesses sur une presta’ qui s’annonce dancefloor! C’est pas encore gagné on dirait…

Peter et ses potes embrayent sur le très punchy Let Me Out, extrait du dernier album You only live twice. Le frontman assure très correctement son chant dans les graves mais rame  sur quelques parties aïgues. Le groupe est content d’être là et se montre très chaleureux avec un public receptif qui sautille sur Dirty woman ou qui scande le refrain de Zombie slam.

 

Mônsieur Tägtgren a la finesse de nous offrir en rappel un Have a drink of me acoustique très réussi et conclut sur le montrueux Shut your mouth. Le groupe nous remercie encore une fois et distribue de nombreux drapeaux, tee shirt, médiators… à l’assemblée. Vraiment sympas les gars. La soirée a largement rattrapé une journée merdique et Peter Tägtgren est résolument un grand artiste.

Et à ceci on ne dit qu’une chose : Respect Peter.

Les photos de cette soirée

 LounaCama – dinde grincheuse à mi-temps