LES FILLES DANS LE ROCK

novembre 2, 2009 0 Par admin

Dimanche 8 mars, on célébrait à travers le monde la désormais traditionnelle Journée de la femme. Comme ce n’est pas mon genre de faire du mauvais esprit, je m’abstiendrai de disserter sur l’utilité et l’efficacité d’une telle manifestation. D’autant plus qu’elle s’ajoute aux innombrables « journées de » et « journées sans » décrétées par l’ONU et dédiées à un thème particulier : Journée des droits de l’homme, journée des droits de l’enfant, journée internationale de la gentillesse , journée internationale du sommeil ! Mais aussi journée sans tabac, journée sans voitures, et même la journée sans téléphones portables qui heureusement ne tombe pas le même jour que la journée des télécommunications (ils sont pas cons à l’ONU !)…
Bref, on sait plus trop où donner de la tête et à ce rythme-là on va être obligés d’organiser des demi-journées pour arriver à tout caser. Pourquoi ne pas organiser une journée sans journée, histoire de souffler un peu ?

Comme à Ondes de Rock on sait être moderne et vivre en phase avec notre époque, nous avons décidé de célébrer à notre façon la journée de la femme en rendant hommage aux grandes prêtresses du rock. Évidemment, il n’est pas question ici des bimbos écervelées qui trémoussent leurs popotins dans les clips de rap, entre une voiture de sport et un crétin en baggy et chaîne en or qui se la joue gangsta.

Voici plutôt un petit florilège d’artistes qui ont su apporter, en plus de leur talent, une part de féminité, de classe et de charme au monde du rock.

1) Bessie Smith. Surnommée l’Impératrice du blues, elle fit carrière dans les années 20 et enregistra près de 200 chansons. Sa vie fut pour le moins rock‘n’roll, et sa voix puissante et son chant ont eu une influence importante sur des chanteuses comme Billie Holiday, Sarah Vaughan, Nina Simone ou encore Janis Joplin.

2) Wanda Jackson. Chanteuse de rock’n’roll et de musique country, elle fut la première femme à avoir du succès. Surnommée la Reine du rockabilly, elle fut présentée comme l’équivalent féminin de Gene Vincent.

3) Janis Joplin. S’il eu fallu n’en garder qu’une seule, notre choix se serait sans doute porté sur elle. Admiratrice inconditionnelle de Bessie Smith, elle personnifia à elle seule, par son style de vie déglinguée, son anticonformisme et son accoutrement vestimentaire, l’esprit des sixties et de Woodstock. Sa voix puissante et rocailleuse bouleversa le monde du rock jusque-là dominé par la gente masculine.
Allez, n’ayons pas peur de le dire, sans doute la plus grande chanteuse du 20ème siècle, et même du 21éme siècle débutant. En témoigne son incroyable interprétation du Summertime de Gershwin, à tomber par terre (ne vous faites pas trop mal quand même !) :

4) Linda Ronstadt. La reine de la ballade country rock. La France a eu Linda de Suza, l’Amérique Linda Rondstad ! Eh oui que voulez-vous c’est comme ça. Bon il faut être honnête, à Ondes de rock on a petit faible pour cette grande chanteuse qui va bien au-delà de son talent musical (ah ses petits shorts !…enfin passons). Plus sérieusement, que ce soit accompagnée des Eagles, avec lesquels elle a débuté au début des seventies, en duo avec d’autres artistes (Emmylou Harris, Dolly Parton, Paul Simon, James taylor…) ou en solo, la Ronstadt a bercé les oreilles de millions d’auditeurs et même d’auditrices avec sa voix sensuelle et envoûtante. Capable de tout chanter, de la country au rock en passant par la Lorra… euh par la new wave et l’opéra, ses principaux succès sont des reprises d’autres artistes dont cette superbe interprétation du It doesn’t matter anymore de Buddy Holly.

5) Et on continue avec la moins glamour, mais tout aussi talentueuse Patti Smith, musicienne et chanteuse de rock, mais aussi poète, peintre, photographe et activiste. Elle a considérablement influencé le mouvement punk de la fin des années 70, au point d’être surnommée la marraine du punk. Autre fait d’armes, sa collaboration avec Allen Lannier du groupe Blue Oyster Cult pour lequel elle contribua à l’écriture de plusieurs morceaux. Voici son grand tube, Because the night, qui rappelle tant de souvenirs aux vieux croûtons que nous sommes !

6) The Runaways. Maintenant, on arrête de rigoler. Voici un groupe de jeunes rockeuses glam et sexy qui ne s’en laissent pas compter. Pleines d’énergies et de fureur, pratiquant une musique entre hard rock et punk et fermement décidées à rivaliser avec leurs congénères masculins, les Runaways voient le jour en 1975 grâce à Joan Jett, qui fera par la suite une carrière solo très remarquée, et Sandy West. Ces pionnières du rock version féminines ont ouvert la voie à de nombreuses autres formations. À noter également, la présence de la tornade blonde Lita Ford dont nous parlerons plus bas.
La grande classe !

7) Joan jett & the Blackhearts. Après la séparation des Runaways en 1980, Joan Jett monte son nouveau groupe The Blackhearts et se classe à plusieurs reprises aux premières places des hits parades notamment avec le célèbre I love rock and roll, reprise du groupe the Arrows, et numéro un aux USA et dans le monde à sa sortie en 1982.
Autre morceau, autre tube, Bad reputation, qui raconte les déboires de Joan avec sa maison de disque. Et ouais, le talent et la personnalité en plus !

8) Grande rivale de la brune Joan Jett, la sculpturale blonde Lita Ford, compagne de Tony Iommi de Black Sabbath jusqu’au milieu des années 80, mais surtout très grande chanteuse et excellente guitariste, adepte de la marque B.C. Rich et de ses modèles au look agressif. Elle est devenue dans les années 80, une des grandes dames du Heavy Metal, arborant parfois des tenues affriolantes à vous couper le souffle (allez on se calme un peu les gars !).

9) On continue dans le heavy metal féminin avec le groupe Vixen formé à Saint Paul dans le Minnesota en 1980 (OK vous vous en foutez, mais c’est pour frimer un peu !). Le succès, de courte durée, ne viendra que quelques années après, notamment avec ce tube au refrain imparable et ce clip très typique de l’époque (cf le look glam et les coiffures blondes peroxydées).

10) Difficile de parler des nanas dans le rock sans faire référence à Pat Benatar et son tube Heatbreaker qui est encore dans tous les esprits. Véritable icône du rock des années 80, elle a conquis la planète en vendant plus de 35 millions d’albums.

11) Heart. Fondé au début des années 70, le groupe des sœurs Wilson, influencé par le hard rock et la musique folk, a connu ses plus gros succès au cours de la décennie suivante. Heart quitte l’arène médiatique à partir des années 90, mais tourne toujours aux USA, notamment en compagnie de Journey et Cheap trick l’année dernière.

12) On change de style avec Blondie et sa chanteuse Debbie Harry, mondialement connu notamment avec leur tube call me, parfait pour transpirer sur les dancefloors.

13) Un autre méga tube par une autre grande vedette de l’époque (les early 80’s), brune celle-là, à savoir Chrissie Hynde et son groupe The Pretenders qu’on ne présente plus. Ah je suis sur que vous êtes nombreux et nombreuses à vous être déjà enlacés sur ce slow qui tue, comme on disait à l’époque.

14) On ne saurait parler des filles dans le rock sans faire référence à Kate Bush (aucun lien de parenté avec l’autre) dont le chant unique et l’innovation musicale ont donné quelques beaux morceaux comme le tube interplanétaire Babooshka, sorti en 1980, un duo mémorable avec Peter Gabriel, ou encore ce Violin qui montre tout le talent et l’originalité de la dame.

15) Pour celles et ceux qui se sont endormis, on revient au rock pur et dur avec Girlschool, groupe britannique entièrement féminin issu de la NWOBHM dont Defnael vous a parlé il n’y a pas longtemps dans ces colonnes. Grandes copines de Motörhead avec lesquelles elles enregistrent le morceau Please don’t touch, elles pratiquent, à l’instar de leurs collègues américaines des Runaways, un hard rock énergique et rentre dedans. En témoigne cette apparition dans une émission de télé britannique pour enfants !

16) Un petit tour chez nos amis teutons avec la reine déjantée du punk Nina Hagen et ce titre qui est une tuerie absolue.

17) Plus récemment, Susan Tedeschi, 38 ans au compteur, pratique une musique blues et soul digne des illustres interprètes de ces deux styles. Chanteuse au timbre chaud et à la voix profonde, c’est aussi une excellente guitariste comme on peut le voir dans la vidéo qui suit. Sachez qu’elle a récemment sorti un excellent album intitulé Back to the river et qui mérite amplement que vous cassiez votre tirelire.

18) Pour terminer, soyons, une fois n’est pas coutume, un peu chauvins avec ce superbe morceau de Mademoiselle K, Jalouse. Pour une fois qu’on a une rockeuse mignonne et talentueuse en France, ne boudons pas notre plaisir.

Voilà. Sachez quand même que Twisted Sister n’est pas un groupe de fille malgré le look improbable de Dee Snyder, et que, et là je m’adresse aux fans inconditionnels de la Nouvelle tare, Lio ne peut faire partie de cette playlist, car d’une part,c’est pas une rockeuse et d’autre part, elle ne sait pas chanter.

Hasta la vista

Alan pour Ondes de Rock.